Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

Arthur

28 Février 2015, 11:09am

Publié par Nathalie M.

On l'appellera Arthur. Je ne le connais pas, mais je l'ai vu danser. Lors du superbe concert de clôture du festival Sons d'Hiver à la MAC de Créteil, il dansa des heures durant, seul, devant la scène, à gauche. Et je regardais les musiciens, et je le regardais danser, avec son corps d'homme vieux, ses cheveux blancs, ses lunettes à verres épais, son ventre rond. 

Pour vous faire une idée du concert, voici la video du premier groupe (visible jusqu'en août 2015).

Au début, je l'avoue, je me posai des questions bêtes : qu'avait-il, qui était-il, cet homme, pour s'agiter ainsi, seul debout, contrastant avec un public plutôt sage? Qu'avait-il, qui était-il pour se comporter de manière aussi étrange?

Mais lui ne semblait pas se poser de questions. Il dansait, simplement, vieil oiseau un peu vacillant, un peu titubant parfois. Et je le regardais tourner sur lui-même, lever des bras ailés, courber son corps, se relever, tendre les mains devant lui, au-dessus de sa tête. Il dansait et parfois, il criait. Ou il sifflait. Il dansait et il souriait.

Et peu à peu mon étonnement se mua en admiration.

Moi je ne danse pas. Un pas qui veut dire jamais. La musique, je la ressens dans mon corps, fortement, entre le pubis et le cerveau. Mais elle n'agite pas mes membres. A peine un frémissement, parfois. La musique me remue l'âme, mais pas le corps. Arthur, lui, me semblait mû par la musique, comme  je peux être émue. Et c'était beau, de voir cet homme danser, vivre la musique de tout son corps, sans souci du regard des spectateurs sages, sans ostentation non plus. 

Après Otis Taylor, il y eut les Campbell Brothers. Je sais un peu parler des gens et des livres, mais pas du tout de la musique. Je peux juste dire que c'était beau et copier le lien vers la video afin que vous puissiez vous faire une idée par vous-même.

Les seuls mots qui me viennent et que je suis bien incapable d'agencer en une phrase construite sont :  beauté, perfection, émue, générosité, âme, merveilleux, magique, larmes...

Il y eut un moment surnaturel où toute la salle semblait retenir son souffle et communier dans une même émotion. Arthur cessa même, quelques instants, de danser. Puis le vieil oiseau reprit son envol. Et peu à peu mon admiration se mua en amour.

 

 

 

Commenter cet article