Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

Méditons, méditons, il en restera toujours quelque chose...

18 Février 2015, 09:30am

Publié par Nathalie M.

La méditation peut vraiment nous aider à maîtriser notre stress.  C'est ce que dit dans cette vidéo, le moine boudhiste Matthieu Ricard qui répond aux questions d'une journaliste québécoise et expose les bases de la méditation.

Le site nous propose en outre six méditations guidées à télécharger gratuitement en format MP3. Il suffit de s'inscrire. Je l'ai fait, et il ne m'est rien arrivé de grave, ma boite mail n'a même pas été inondée de spams ni de propositions malhonnêtes.

Chaque méditation dure à peine moins de quatorze minutes. Elles s'intitulent "Détente ou préparation à la méditation", "La lumière", "Prendre du recul" etc. 

Ne reculant devant rien, j'ai testé la première  ("Détente") un matin à 7h30 dans le métro. Par chance, j'ai trouvé une place assise. Les écouteurs dans les oreilles, j'ai obéi à la voix qui me disait de fermer les yeux (prudente, j'ai quand même serré mon sac à main contre moi), d'inspirer et d'expirer profondément . Et contre toute attente, entre les signaux sonores de fermeture des portes, les annonces des noms des stations, les sonneries de portables et les cris d'ados, j'ai réussi à me détendre, totalement, en suivant les directives de la voix. Le trajet était trop court pour que je l'écoute en entier et je suis descendue à regret après avoir imaginé (et presque senti) qu'on me massait la plante des pieds!

Du coup, j'ai recommencé le soir, chez moi, au calme. Tout allait bien jusqu'à "de (mon troisième oeil) s'émet une large lumière dorée...". J'ai commencé à rigoler en imaginant la tête des gens dans le métro à la vue de ce faisceau doré surgissant d'entre mes sourcils. Mais rapidement, la douce voix imperturbable de Sylvie Precourt m'a aidée à me ressaisir. "Je place les paumes de mes mains ouvertes en direction du ciel". Là, j'ai compris que le métro n'était définitivement pas le lieu le plus adéquat pour se livrer à l'exercice et que je ne devais pas regrettter que le trajet n'ait pas été plus long.

J'avoue avoir un peu décroché au bout de 10 mn. A mon grand regret, car j'aurais bien voulu ressentir, comme le disait la voix," les battements de mon coeur et me sentir profondément détendue et vivante". Mais j'étais déjà en train de rédiger mentalement cet article. Ceci étant, tenir de huit à dix minutes sans rien faire ni penser, c'est déjà énorme pour moi, et cela m'a donné envie de recommencer et d'essayer les autres méditations.

A suivre, donc.

Commenter cet article