Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

B. Raquin, SORTIR DU TRIANGLE DRAMATIQUE

1 Avril 2015, 14:42pm

Publié par Nathalie M.

B. Raquin, SORTIR DU TRIANGLE DRAMATIQUE

Si à la lecture de mon article sur le Manuel du parfait petit Masochiste, vous vous êtes un tant soit peu reconnu(e) ; si vous avez souvent l'impression d'être victime de la méchanceté ou de l'indifférence des autres ; si vous déplorez fréquemment l'ingratitude de ceux et celles à qui vous avez rendu service ; si vous vous sentez coupable de faire souffrir autrui... et si vous avez envie que cela cesse, ce livre devrait vous intéresser.

Court et facile à lire, très pédagogique, il montre, de manière plutôt convaincante, comment nous avons souvent tendance, dans nos interactions avec autrui, à endosser plus ou moins consciemment un de ces trois rôles : Victime, Sauveteur, Persécuteur. Quel que soit le rôle endossé dans ce jeu dramatique (de drama, théâtre), nous n'en retirons, au bout du compte, que des bénéfices négatifs (la formule, dans son paradoxe même, est parlante !)

Dans un premier temps, Raquin définit ces rôles et expose un grand nombre d'exemples, généralement sous forme de courts dialogues, pour nous aider à bien les reconnaître. J'avoue que, si dans la plupart des exemples donnés, la répartition m'apparaît clairement, ce n'est pas le cas dans tous...

Bien sûr, on peut être véritablement victime de quelque chose ou de quelqu'un, réellement voler au secours d'une personne qui en a besoin, légitimement en position de corriger, réprimander ou punir quelqu'un. Raquin montre donc comment différencier une vraie victime (victime objective) de la Victime du jeu dramatique ; idem pour le Sauveteur et le Persécuteur. Là encore, si ce passage m'a globalement semblé intéressant, je ne suis pas totalement d'accord avec l'auteur sur certains points.

 

B. Raquin, SORTIR DU TRIANGLE DRAMATIQUE

Dans le jeu du triangle dramatique, chacun d'entre nous a tendance à investir spontanément un des trois rôles, soit pour attaquer le partenaire/ adversaire, soit pour répondre à son attaque. Mais ce choix n'est pas figé, il dépend de la situation, de l'interlocuteur ; il peut même, et cela arrive souvent, changer au cours d'une même conversation/ partie : face à une Victime, le Sauveteur peut se transformer en Persécuteur (par exemple si la Victime semble refuser une aide qu'elle n'avait d'ailleurs pas forcément sollicitée) ou en Victime, ce qui causera peut-être la métamorphose de la  Victime du début en Persécuteur... De nombreuses combinaisons sont possibles et sont illustrées par des exemples de dialogues. On y reconnaîtra souvent des situations vécues...

Alors comment s'en sortir ? 

Nul besoin, apparemment, de chercher à comprendre comment on en est arrivé là. Il suffit juste de changer de comportement, de ne pas initier le Jeu ou de refuser d'entrer dans celui que l'on nous propose. L'auteur fournit une longue liste de réponses types à des agressions types, qu'elles soient de Persécuteur, de Victime voire de Sauveteur.

 

B. Raquin, SORTIR DU TRIANGLE DRAMATIQUE

Tout cela est bien engageant... Et je pense que ce peut être efficace, dans certains cas. De toute façon, cela ne peut pas faire de mal de gagner en lucidité. 

Néanmoins, quand l'auteur donne comme exemple de Victime (qui se ressent et se présente comme victime, donc, sans l'être objectivement) celui qui déclare "Je n'ai pas eu cet emploi à cause de ma couleur de peau", j'ai du mal à continuer ma lecture ; c'est en effet faire bon marché des études sur les discriminations à l'embauche...

Surtout, je ne suis pas sûre que face à une personne réellement décidée à entrer dans ce jeu, quelle que soit la position qu'elle adopte, il soit si facile que semble le dire l'auteur de résister ; et il n'est pas toujours possible de s'en aller. 

A lire ce petit livre, on a l'impression par exemple que le harcèlement n'existe pas vraiment, ou seulement si nous acceptons d'entrer dans le jeu en tant que Victime. Qui a déjà eu à faire à des pervers sait qu'il ne suffit pas d'un "non merci" pour qu'ils vous laissent en paix. 

En revanche, je suis sûre que cet ouvrage peut être utile à ceux qui sentent qu'ils sont souvent les initiateurs de ce petit jeu, qui en souffrent et souhaitent changer de comportement ; à ceux qui sont installés avec une personne (conjoint, enfant, ami...) dans une communication de ce type, à condition que les deux protagonistes souhaitent retrouver une relation plus saine. Et ce n'est déjà pas si mal !

 

Si vous aimez, partagez !

Commenter cet article

Geneviève Verdo 01/04/2015 22:06

Très bien et très juste ! Cela me donne envie de lire ce livre dont j'avais entendu parler...