Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

Relaxation coréenne.

5 Mars 2015, 09:21am

Publié par Nathalie M.

Je me souviens du jour où j'ai découvert la relaxation coréenne. J'étais arrivée au rendez-vous fatiguée après une nuit trop courte, d'humeur assez morose et les trapèzes crispés et bien douloureux (mais ça, ça durait depuis si longtemps que je m'étais habituée), bref en pleine forme !

Je me suis allongée sur le futon. C'était confortable et j'ai pensé que je pourrais bien en profiter pour finir ma nuit... C'était sans compter la détermination de M., excellente masseuse et amie. Elle m'a saisi les pieds, les a doucement secoués, puis a enchaîné par toute une série de pressions, mobilisations, étirements, vibrations qui se propageaient  jusqu'à la tête. Assez rapidement, je me suis abandonnée. C'était une sensation nouvelle et intéressante que de sentir ainsi mon corps mû sans qu'il y ait d'autre volonté de ma part que celle de me laisser faire. A dire vrai, tout n'était pas totalement nouveau car j'ai subi dans mon enfance d'assez nombreuses séances de kiné qui ne m'ont pas laissé les meilleurs souvenirs... Mais si certaines pratiques sont semblables, l'esprit dans lequel elles sont pratiquées, et de ce fait le ressenti, sont totalement différents. Ici, aucune volonté de rééduquer un corps blessé ou défaillant, mais bien plutôt d'apporter à l'esprit (je dirais à l'âme si je n'avais pas peur d'employer de grands mots) un apaisement, en passant par le corps. En cela, c'était totalement nouveau. 

Comme le corps parfois se souvient, à certains moments, je me suis bloquée, littéralement. M., avec une grande douceur, m'a accompagnée là aussi, sans forcer, jusqu'à ce que par moi-même j'aille jusqu'où j'étais capable d'aller dans le mouvement.

Le temps s'est arrêté. Puis, oh surprise, c'était fini!

Il m'a fallu plusieurs minutes pour découvrir que je n'avais plus mal nulle part, puis que je n'étais plus du tout fatiguée. Ma mauvaise humeur s'était également envolée.

LE BONHEUR !

Je suis repartie bien décidée à me former au plus vite à cette extraordinaire pratique.

Dont acte.

J'ai  constaté alors que j'avais beaucoup de plaisir à donner une séance. Pas autant qu'à la recevoir, quand même, mais presque...

Après la formation, pendant des mois et des mois j'ai pratiqué sur tous ceux de mon entourage qui le voulaient bien. Maintenant qu'ils sont tous profondément relaxés et que je maîtrise parfaitement la technique, je peux la faire découvrir à tous ceux qui le souhaitent. 

Après avoir bien parlé de moi, je vous dis tout sur la relaxation coréenne :

La relaxation coréenne (appelée aussi parfois yoga-massage) n’est pas un massage à proprement parler. Il s’agit en réalité d’une série de pressions douces, d’ondulations, de mobilisations et d’étirements accompagnés de vibrations, visant d’une part à assouplir les muscles et les articulations du receveur tout en améliorant la circulation des énergies dans son corps, d’autre part à favoriser le lâcher-prise permettant ainsi une détente profonde. La relaxation coréenne apporte donc des bienfaits comparables à ceux du massage.

Pratiquée depuis des siècles en Chine et en Corée, la relaxation coréenne est connue en Occident depuis une trentaine d’années.  Elle se pratique au sol, sur un tatami ou un futon. Le receveur est vêtu d’une tenue souple. La relaxation coréenne est donc particulièrement intéressante pour les personnes qui désirent bénéficier des bienfaits du massage mais ne souhaitent pas se déshabiller.

Le receveur est confortablement allongé sur le sol. Il n’aura qu’une chose à faire : se laisser aller, sans chercher à aider le praticien, sans résister non plus.  Après avoir vérifié, et éventuellement rectifié, la position du receveur, le praticien se livre à une série de manœuvres, en commençant par les membres inférieurs, puis en remontant progressivement vers le tronc, les bras et en terminant par la nuque et la tête. 

Chaque partie du corps est ainsi successivement sollicitée ; le praticien alterne différentes techniques, notamment des balancements des membres et divers étirements précis. Ces derniers s’effectuent toujours en douceur, dans le respect des limites du receveur. Au fil des séances, celui-ci constate que ses limites reculent progressivement.  Deux techniques sont propres à la relaxation coréenne : les vibrations, d’une part, qui se propagent subtilement à tout le corps ; le lâcher des membres d’autre part (le membre est doucement soulevé puis lâché sur le tatami) qui provoque des vibrations internes. Ces deux manœuvres permettent une détente profonde. Chaque mouvement est suivi de quelques secondes de pause, ce qui peut surprendre, mais permet au corps d’intégrer les informations qui viennent de lui être transmises.

Une séance de relaxation coréenne dure environ une heure, à l’issue de laquelle le corps et l’esprit du receveur sont parfaitement détendus. Au fil des séances, cette détente s’obtient de plus en plus facilement et est de plus en plus profonde.

Les bienfaits de la relaxation coréenne sont nombreux :

La relaxation coréenne augmente la souplesse et renforce les articulations ; elle stimule les circulations sanguine et lymphatique ; elle décontracte les muscles.

La relaxation coréenne amène l’apaisement psychique, elle aide à lutter contre les troubles du sommeil. Elle est particulièrement bénéfique aux personnes stressées : en acceptant, le temps de la séance, de lâcher prise, de renoncer provisoirement à un contrôle rassurant mais épuisant,  le receveur devient peu à peu capable de reproduire cet état dans sa vie quotidienne.

La relaxation coréenne aide le receveur à reprendre conscience de son schéma corporel, à réinvestir son corps. En acceptant de laisser au praticien l’initiative des mouvements de son corps, le receveur (ré)apprend qu’il peut faire confiance à autrui, dans une relation de bienveillance réciproque.

Il arrive fréquemment que le receveur n’arrive pas à se laisser aller, soit qu’inconsciemment il cherche à aider le praticien dans ses manœuvres, voire à anticiper celles-ci, soit qu’il résiste involontairement aux mouvements que lui propose le praticien.  Cela n’implique pas pour autant l’échec de la séance de relaxation coréenne, bien au contraire ! Le praticien comprend et accepte ce désir de contrôle, contre lequel il ne cherche pas à lutter (ce qui serait contre-productif). Progressivement, dans la mesure de ce qui est acceptable pour le receveur, il aide celui-ci à se détendre, à lâcher prise… Il sera souvent extrêmement bénéfique à ces personnes de renouveler l’expérience de la relaxation coréenne. Peu à peu (et parfois beaucoup plus vite qu’elles ne le pensaient), elles parviendront à se détendre et à sentir comme il est bon de se laisser ainsi aller, totalement !

La relaxation coréenne est également très appréciée des enfants. Pour eux, et en fonction de leur âge, la durée de la séance est généralement réduite.

 

Les contre-indications à la relaxation coréenne sont les suivantes:

- inflammation des articulations, prothèse articulaire

- maladies infectieuses et inflammatoires

- tendinite, sciatique, lumbago

- pathologie lourde (cancer, problème cardiaque…)

- ostéoporose

- traumatisme physique : minimum 3 mois après intervention chirurgicale

 - grossesse

En cas de traumatisme psychique (ancien ou récent), de dépression, il se peut que la relaxation coréenne déclenche des réactions émotionnelles. Il est préférable d’en parler au praticien lors de l’entretien qui précède la première séance.

Si vous aimez, partagez!

Commenter cet article