Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

Deux ou trois romans de Nikki Gemell

2 Décembre 2015, 17:43pm

Publié par Nathalie M.

Avoir relu récemment avec plaisir La mariée mise à nu de Nikki Gemell, romancière australienne vivant actuellement en Angleterre, née en 1967, m'a donné envie de me replonger aussi dans ses premiers romans et notamment Traversée, que j'avais lu en 2000 et qui m'avait laissé un excellent souvenir. Puis, comme Les noces sauvages se trouvait dans ma bibliothèque juste à côté de Traversée, du coup je l'ai relu aussi.

Deux ou trois romans de Nikki Gemell

La mariée mise à nu a été publié en 2007, d'abord anonymement. L'autrice * s'en explique dans un appendice à la fin du roman. C'est malgré elle qu'elle a été identifiée, par des journalistes. Le roman est présenté comme le manuscrit laissé par une jeune Anglaise anonyme disparue dans de mystérieuses circonstances,  que sa mère envoie à un éditeur en espérant qu'il sera publié. Double anonymat, donc, de l'autrice et de la narratrice qui ne se désigne jamais par un nom, tout le récit étant rédigé à la deuxième personne; statut ambigu du texte  par rapport à la narratrice (l'auteur anonyme dont la mère a retrouvé le manuscrit) :  journal intime ? fiction? Elle en parle comme d'un roman, mais il sonne comme une autobiographie.

Cette mise en abyme, pour intéressante qu'elle soit, n'est pas ce qui m'a le plus plu dans La Mariée mise à nu.  J'ai d'abord beaucoup goûté le style, et particulièrement la voix narrative, un "vous" qui n'est jamais artificiel ni pesant. L'histoire, ensuite, celle des premières années d'un mariage, de ses espoirs, trahisons, frustrations, désillusions (pas forcément dans cet ordre).  Plaisant à lire, découpé en courts, voire très courts chapitres, d'une grande justesse dans l'analyse de l'ambivalence des sentiments, ce roman comporte de nombreuses scènes de sexe explicites qui expliquent peut-être son grand succès en librairie et sans doute la volonté initiale de l'autrice de rester anonyme.

 

Deux ou trois romans de Nikki Gemell

Peut-on rester soi-même au sein d'un couple ? Si oui, comment ? A quel prix ? Ces questions, parmi d'autres, traversent La Mariée mise à nu, comme elles traversaient déjà, de manière sensiblement différente,  Les Noces sauvages, publié en 1999 (traduit en 2000) . Dans ce roman, qui se déroule en Australie, le personnage principal est encore une jeune femme, peintre, un peu marginale, qui cherche à comprendre l'histoire passée de ses parents. Sa mère opposant à ses questions une fin de non-recevoir, elle se tourne vers son père, qui vit  à proximité d'une communauté aborigène. Cela a été l'occasion pour moi de découvrir la vie, actuelle et aussi un peu passée, des Aborigènes australiens, les vestiges d'une culture que les missionnaires et les Blancs en général n'ont pas totalement réussi à détruire. C'est  sans doute la dimension qui m'a le plus intéressée dans ce roman, dont j'ai moins aimé le style : peut-être est-ce lié à la traduction ? Néanmoins les personnages sont attachants et cette histoire de l'élucidation d'un secret de famille et du passage à l'âge adulte de l'héroïne est intéressante.

Deux ou trois romans de Nikki Gemell

Autre roman d'apprentissage, Traversée, enfin, est le premier roman de Nikki Gemell, publié en 1997 (traduit en 2000). Partiellement autobiographique, il raconte, à la première personne, l'expédition de Fin, une journaliste de Sidney, sur une base dans l'Antarctique. La traversée d'abord, puis la vie sur la base sont observées avec une grande acuité et racontées avec un humour qui se mêle finement aux émotions. On assiste à la transformation progressive de Fin,  fille sympathique, mais frivole  et peu sûre d'elle en adulte autonome, capable d'affronter les autres et la douleur.

La relecture d'un roman aimé est parfois une expérience décevante. Cela n'a nullement été le cas pour Traversée, dont la deuxième lecture, après quinze ans, a été aussi plaisante que la première.

Commenter cet article