Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

«  C’est le printemps, viens-t’en Paquette... » ( ou macérât huileux de bellis, étapes 1 à 3)

1 Mai 2019, 08:59am

Publié par Nathalie M.

Bellis perennis ( source Wikipedia)

Bellis perennis ( source Wikipedia)

 

C’est encore un peu le printemps, et l’occasion de courir les champs pour cueillir les dernières pâquerettes ( s’il est trop tard, je vous adresse mes excuses pour avoir un peu tardé à écrire cet article ; mais dites-vous que l’année prochaine, printemps et pâquerettes reviendront).

Pour en faire quoi, vous demandez-vous ? Un macérât huileux de bellis, bien sûr ( bellis, c’est le nom savant de la pâquerette, mais vous l’aviez compris). Ce macérât est bien justement réputé pour ses vertus raffermissantes et est fort efficace pour le soin des peaux relâchées. On l’utilise particulièrement pour les soins du buste.

Faire un macérât huileux, c’est laisser macérer des plantes dans de l’huile afin d’en extraire les principes actifs. C’est extrêmement facile à faire à condition de respecter quelques règles de base. Prêt-e?

Étape 1. Allez gambader dans les prés et profitez-en pour cueillir un grand sac de pâquerettes ( ça perd beaucoup de volume en séchant). Cueillez-les avec le moins de queue possible, ça vous évitera d’avoir à les équeuter ensuite. De retour chez vous, lavez-les, étalez-les sur un grand drap de bain pour en absorber un peu l’humidité, puis faites-les sécher dans un endroit propre et sec. Il faut que les fleurs soient bien sèches avant de commencer le macérât ( règle de base n°1).

Étape 2. Stérilisez un bocal et son couvercle (faites-le bouillir dix minutes, par exemple). Séchez-le bien soigneusement. Remplissez- le de fleurs de bellis séchées. 

«  C’est le printemps, viens-t’en Paquette... » ( ou macérât huileux de bellis, étapes 1 à 3)

​​​​​​Étape 3. Versez sur les fleurs, presque jusqu’à ras-bord, une huile végétale monoinsaturée ou saturée, au faible potentiel oxydation (règle de base n°3) : huile d’olive (parfaite en principe mais personnellement je suis gênée par l’odeur), de macadamia, d’avocat, de noisette, de sésame, de coco ( mais il faut qu’il fasse chaud pour qu’elle soit liquide) etc... Fermez le bocal. Et laissez macérer à l’abri de la lumière pendant au moins un mois en secouant le bocal de temps en temps. Quand il fait beau, n’hésitez pas à mettre votre macérât au soleil, en le protégeant d’un sac en papier pour le préserver des UV. 

A dans un mois, pour les étapes suivantes !

 

Ps. Pour le choix de l’huile, voici un lien vers un très bon article.

«  C’est le printemps, viens-t’en Paquette... » ( ou macérât huileux de bellis, étapes 1 à 3)

Aubade chantée à Laetare l’an passé

 

C’est le printemps viens-t’en Pâquette
Te promener au bois joli
Les poules dans la cour caquètent
L’aube au ciel fait de roses plis
L’amour chemine à ta conquête

Mars et Vénus sont revenus
Ils s’embrassent à bouches folles
Devant des sites ingénus
Où sous les roses qui feuillolent
De beaux dieux roses dansent nus

Viens ma tendresse est la régente
De la floraison qui paraît
La nature est belle et touchante
Pan sifflote dans la forêt
Les grenouilles humides chantent

Guillaume Apollinaire, Alcools

Comme l'eau des étangs de Nathalie M. est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Fondé(e) sur une œuvre à http://commeleaudesetangs.over-blog.com/.

Commenter cet article

Severine 21/05/2019 22:11

Je vais donc partir en cueillette des demain...il y en a plein le jardin

Nathalie M. 22/05/2019 08:25

Très bonne idée. Un conseil : quand tu les cueilles, cueille-les avec le moins de queue possible ( voire pas du tout). Et si tu as du surplus, je suis preneuse, à l’ocasion!