Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Comme l'eau des étangs...

"Sais-tu pourquoi je saute ?"

27 Juillet 2019, 13:11pm

Publié par Nathalie M.

"Sais-tu pourquoi je saute ?"

A l'heure où de tristes individus, philosophes de pacotille, médecins "qui se rapprochent plus du reptile que de l'être humain"1, intellectuels autoproclamés, peu-pensants peut-être frustrés de ne plus pouvoir impunément exprimer dans des discours racistes, sexistes, homophobes leur haine de tout ce qui ne leur ressemble pas et que par conséquent ils sont incapables de comprendre, s'en prennent violemment à une adolescente autiste, utilisant sa différence neurologique pour tenter de décrédibiliser son discours autant que sa personne tout entière, la rejetant aux marges de l'humanité ; à l'heure où ces crétins étalent leur fielleuse bêtise dans les médias, il me semble utile à ceux et celles qui souhaitent s'intéresser vraiment à ce qu'est l'autisme de lire le petit essai de Naoki Higashida, " Sais-tu pourquoi je saute?"

Naoki est né en 1992. Il est aujourd'hui un blogueur et un écrivain reconnu au Japon. Il est aussi ce qu'on appelle un autiste non-verbal, c'est-à-dire une personne autiste qui éprouve de grandes difficultés à communiquer par la parole. Trop souvent (forcément trop souvent, une seule fois serait déjà de trop), on (parents, médecins, éducateurs) considère ces enfants comme incapables de développement intellectuel. Dans la préface au livre de Naoki Higashida, Josef  Schovanec, lui-même autiste et écrivain, rappelle fort justement qu'on a pensé pendant des siècles que les sourds étaient eux aussi déficients intellectuellement. Il suffit évidemment d’en être bien convaincu, d'élever l'enfant en conséquence et l'avenir ne pourra que vous donner raison. 

Naoki a eu de la chance. Sa mère et sa professeure ont inventé pour lui une méthode de communication par l'écriture, qui lui a permis de s'exprimer et de nous offrir ce superbe texte, qu'il a écrit à l'âge de treize ans (publié au Japon en 2007, il a été traduit en anglais en 2013 et en français en 2014). 

Dans "Sais-tu pourquoi je saute ?", Naoki raconte son quotidien de jeune adolescent atteint de TSA (trouble du spectre autistique), en une soixantaine de courtes parties : une préface, les réponses plus ou moins longues à cinquante-huit questions entrecoupées de petites histoires, une histoire plus longue, "Je suis juste ici" ("si (elle) vous touche d'une façon ou d'une autre, je crois que vous serez capable de vous relier au coeur des personnes avec autisme" écrit-il dans l'"Avant-propos à Je suis juste ici") et un épilogue. 

1. Référence à l'excellent film de Thomas Lilti, Première année, dont voici la bande-annonce

 

Les cinquante-huit questions sont variées : " Pourquoi es-tu incapable de mouvoir normalement tes bras et tes jambes?", "Pourquoi n'obéis-tu pas immédiatement aux consignes?", "Aimes-tu les pubs télé ?", "Est-il vrai que tu détestes qu'on te touche ?", "Est-il difficile pour toi de choisir une tenue vestimentaire adéquate?" par exemple. Naoki parle de l'autisme en général, mais aussi de lui en particulier. Ce livre est aussi et peut-être avant tout l'autoportrait d'un enfant intelligent, sensible, mais que ses difficultés de communication notamment et l'incompréhension des autres amènent parfois à être rejeté, ou a minima être mis de côté.

Quand j'étais petit, je ne savais même pas que j'étais un enfant handicapé. Comment je l'ai découvert ? Parce que des gens me l'ont dit : j'étais différent des autres, c'était ça mon problème.

Préface

Le témoignage de Naoki met à mal certains préjugés tenaces concernant les personnes autistes, comme leurs légendaires manque de sensibilité et absence d'empathie.

Quand vous (les personnes non-autistes qui s'occupent de lui par exemple) vous énervez, ça nous donne l'impression que vous niez toute valeur à notre existence et ça ruine le courage dont nous avons tant besoin. La pire torture pour nous c'est l'idée que nous causons du chagrin aux autres.

Q23, "C'est quoi le pire, quand on est autiste?"

Si chaque personne sur terre pouvait être aussi dépourvue d'empathie que ce garçon autiste (à commencer par les neurotypiques contents d'eux évoqués au début de cet article), le monde tournerait peut-être mieux, non? 

Un autre préjugé : « Oh! ne vous en faites pas pour lui, il préfère rester seul! »

La vérité c'est qu'on aime beaucoup la compagnie des gens. Mais comme ça dégénère presque toujours, on finit par s'habituer à la solitude sans même la remarquer.

Q13, "Tu préfères rester seul?"

Quand on constate que des hommes neurotypiques adultes, considérés comme intelligents par pas mal de gens, sont capables de s'attaquer aussi méchamment et gratuitement à une adolescente qu'ils ne connaissent même pas parce qu'elle prétend prendre la parole et se montrer en public (cf. les nombreuses remarques immondes sur son physique), on peut comprendre pourquoi de nombreuses personnes atteintes de TSA finissent par fuir "la compagnie des gens".

Naoki Higashida aborde bien d'autres thèmes, en essayant toujours de faire la part entre ce qui relève de son trouble autistique et de sa propre personnalité.

Bref, ce livre est beau, émouvant, intéressant. Il sera sans aucun doute utile à celles et ceux qui, parents, proches, éducateurs, enseignants, sont amenés à fréquenter, éduquer, aimer des enfants, voire des adultes atteints de TSA, en cela qu'il leur permettra de mieux les comprendre. Mais il serait dommage que les personnes non directement concernées par la question s'en détournent a priori, tant il est plein d'humanité et d'intelligence.

Le problème, c'est que beaucoup d'enfants autistes sont incapables de s'exprimer et, souvent, même leurs parents n'ont pas la moindre idée de ce qui leur passe par la tête. Alors mon grand espoir, c'est de pouvoir aider un peu, en expliquant à ma manière à quoi ressemble l'esprit d'un autiste. J'espère aussi qu'après avoir lu ce livre, vous serez plus ouverts avec les autistes que vous rencontrerez.

Préface

Greta Thurnberg n'est pas Naoki Higashida. A l'intérieur du spectre autistique, les différences sont aussi grandes d'un individu à l'autre qu'à l'extérieur, même si, à l'intérieur comme à l'extérieur, il y a des similitudes, des points de convergence. Et puis, il y a tous ceux et toutes celles qui sont un peu entre les deux, sur la frontière. Ce livre a pour but d'ouvrir celles et ceux qui le liront à une autre réalité que la leur et de les rendre plus compréhensifs face à cette particularité qu’est l’autisme, qui semble faire tellement peur à certains (à moins qu'ils ne soient tout bêtement méchants et prêts à taper sur plus faible qu'eux, à condition que ce soit impunément ? Les cours de récré ne manquent malheureusement pas de petits malfaisants de ce genre. Se pourrait-il que certains d'entre eux deviennent médecins ou écrivains ?)...

Afin de ne pas terminer cet article sur une note amère, je vais encore une fois laisser la parole à Naoki :

La vraie compassion consiste à ne pas blesser le respect de soi qui existe en chacun de nous. En tout cas, c'est ce que je crois.

Q6, Est-ce que tu nous comprend mieux quand on te parle comme à un bébé ?

Licence Creative Commons Comme l'eau des étangs de Nathalie M. est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Fondé(e) sur une œuvre à http://commeleaudesetangs.over-blog.com/.

Pour compléter cet article, quelques videos canadiennes, et un article de la militante Isabelle Attard qui critique intelligemment l'action de Greta Thurnberg.

Commenter cet article